Durée de sommeil : combien d’heures faut-il dormir chaque nuit ?

Y-a-t-il un nombre d’heures de sommeil minimum par nuit pour être en pleine forme ? Selon la National Sleep Fundation, il semblerait que oui. Des études ont démontré que les Français ne dormaient pas assez et avaient perdu environ 90 minutes de sommeil en 50 ans. Qu’en est-il vraiment ?
Durée de sommeil : combien d’heures faut-il dormir chaque nuit ?

Existe-t-il une durée de sommeil idéale ?

Un quart des Français est fatigué chaque matin quand le réveil sonne. Pas évident de commencer la journée du bon pied dans ces conditions. Selon une étude, nous passons près d’un tiers de notre vie à dormir. La National Sleep Fundation (NSF), une association d’experts du sommeil américaine, estime que nous avons besoin d’un minimum d’heures de sommeil chaque nuit selon notre âge. Jusque là, pas de surprise : mais de combien d’heures de sommeil avons-nous besoin pour tenir toute la journée ? Quelques éléments de réponses pour mieux comprendre.

Un nombre d’heures de sommeil conseillé en fonction de l’âge

En tête du classement, celui qui a besoin du plus d’heures de sommeil, c’est bien sûr, Bébé. Entre 0 et 3 mois, les enfants en bas âge dorment entre 14h et 17h par jour. Soit presque autant qu’un chat, ceci dit en passant.

Plus nous vieillissons, moins notre nombre d’heures de sommeil est élevé. Pour les adultes de 18-64 ans, l’idéal se situe entre 7 et 9 heures par nuit. Pour les plus de 65 ans, on considère qu’ils doivent dormir en moyenne 7 à 8 heures chaque nuit. Et on inclut la petite sieste en milieu de journée.

Des phases de sommeil qui régissent nos nuits

Alors pourquoi ces chiffres ? Biologiquement, nous avons tous des métabolismes différents. Notre rythme de sommeil, néanmoins, est régi pour tous par des phases de sommeil. Au cours de notre nuit, nous passons par 3 à 5 cycles d’une heure et demie, environ, chaque cycle comportant plusieurs phases de sommeil.

Phase 1 : L’endormissement

  • Le corps ralentit. C’est durant cette phase que vous pouvez être amené à vous réveiller en sursaut parce que vous avez la sensation de tomber dans le vide. Non, vous n’êtes pas seul(e)s.

Phase 2 : Le sommeil lent léger

  • Nous dormons mais pouvons être réveillés par le moindre bruit, si la température de la chambre ne convient pas, ou par le chat qui débarque soudainement sur le matelas.

Phase 3 : Le sommeil lent profond

  • Tout le corps est au repos et récupère de la journée. Aucun élément perturbateur ne peut réveiller une personne ayant atteint cette phase.

Phase 4 : Le sommeil paradoxal, connu également sous l’acronyme REM (Rapid Eye Movement).

  • Le sommeil paradoxal constitue 25 % de la durée de votre nuit et s’accroît à chaque cycle de sommeil. Il se caractérise par des mouvements oculaires très rapides, une fréquence cardiaque et respiratoire irrégulière et la température de notre corps qui se dérègle. C’est une phase pendant laquelle les rêves surviennent généralement.

Vous réveiller au beau milieu de ces phases cause des troubles du sommeil. Une insomnie, bébé qui ne fait pas ses nuits… Tous ces troubles influent directement sur notre fatigue et notre capacité à rester en éveil. Si nous sommes amenés à nous réveiller au cours de l’une de ces phases, nous nous extirpons de notre lit fatigués.

Un besoin de sommeil différent pour chacun

Le sommeil n’est pas une science exacte. Et si la quantité de sommeil peut varier d’une personne à une autre, elle peut varier pour une seule et même personne en fonction de l’âge et de l’état de stress.

Par conséquent, le bon moment pour déterminer quel est le bon quota d’heures de sommeil qui vous est propre, c’est, tenez-vous bien, lorsque vous êtes en vacances. Reposés, détendus, vous pouvez alors être à l’écoute de votre besoin de sommeil, loin des facteurs perturbateurs de la vie quotidienne.

Car la routine “métro-boulot-dodo” biaise le processus. Les facteurs stressants vous fatiguent et vous donnent le sentiment que vous avez besoin de dormir beaucoup pour récupérer. Nous accumulons au fur et à mesure, une dette de sommeil.

Les Français ne dorment pas assez

Si vous avez dormi cinq heures par nuit toute la semaine, pensez-vous que vous pourrez rattraper votre manque de sommeil en dormant au rythme du chat tout le week-end ?

Même si les avis divergent à ce sujet, une carence en sommeil ne peut pas véritablement se rattraper. Rien ne sert d’emmagasiner une grande quantité de sommeil si la qualité n’est pas au rendez-vous.

En effet, lorsque nous accumulons un manque de sommeil, le sentiment de fatigue engendré nous fait sombrer plus rapidement dans la phase de sommeil profond. Et c’est notre cerveau qui trinque.

Lorsque notre rythme est irrégulier, notre cerveau lutte pour garder ses idées en place. Lorsque nous dormons, le cerveau fait le ménage dans notre tête ; il classe et ordonne nos idées pour accueillir celles de la journée suivante. Une dette de sommeil l’empêche de faire son travail.

Phénomène inquiétant, les Français ont perdu en moyenne entre 1 heure et 1 heure 30 minutes de sommeil en 50 ans. En cause ? La durée du temps passé sur les écrans, croissante. Ce déclin de sommeil a une influence directe sur notre santé.

Si vous rencontrez des troubles du sommeil récurrents, consultez votre médecin. Quand on sait que nous dormons environ 25 ans de notre vie, autant tout faire pour que la qualité de notre sommeil soit au rendez-vous.

Découvrez tous nos conseils pour mieux dormir sur le blog d’Helight.

Vous en voulez plus ?

Retrouvez nos articles pour bien dormir !