Comment lutter contre la fatigue permanente : causes et solutions

Se sentir fatigué en permanence pèse sur la santé, sur l’humeur, sur nos capacités physiques et intellectuelles. Pour en sortir, il faut d’abord connaître la ou les causes de votre état. Voici quelques pistes pour mieux comprendre d’où provient votre fatigue et des solutions pour vous sentir mieux.
Comment lutter contre la fatigue permanente : causes et solutions

Lutter contre la fatigue permanente : causes et solutions

Grosse fatigue ? Sensation d’épuisement, de grande lassitude ? Vous n’êtes pas seuls. La fatigue est un des symptômes que les médecins entendent le plus de la bouche de leur patient. 10 à 25 % des personnes qui consultent un généraliste s’en plaignent, selon l’Assurance maladie, et 6 à 7 % des patients consultent uniquement pour cette raison. Alors, que faire quand la fatigue nous semble permanente ? Voici quelques pistes pour mettre l’épuisement K.O.

Se sentir fatigué est un état normal après un effort physique ou intellectuel. C’est lorsque le repos ne fait pas disparaître la fatigue qu’elle devient problématique, d’autant plus si cette sensation perdure dans le temps. En termes scientifique (ou quand on veut frimer un peu), on parlera d’asthénie, voire d’asthénie chronique quand le problème persiste au-delà de six mois.

A quel point êtes-vous fatigué ?

Comme la fatigue est un symptôme très fréquent et dont l’appréciation peut varier d’une personne à l’autre, pour en retrouver l’origine, il faut pouvoir croiser un faisceau de plusieurs indices. La première chose à faire en cas de fatigue récurrente est donc de s’observer :

  • y-a-t-il eu des changements dans votre vie récemment ?
  • vous sentez-vous stressé ?
  • Comment dormez-vous actuellement ?
  • Quand la fatigue survient-elle (le matin, le soir…) ? Avec quelle intensité ?
  • Êtes-vous plus fatigué à certains moments de la journée ?
  • Etc.

On vous invite aussi à éliminer d’abord toute les causes évidentes :

  • toute fatigue engendrée par la prise d’un médicament comme des sédatifs, antidépresseurs, certains antalgiques et certains médicaments contre l’hypertension, notamment. N’hésitez pas à consulter les notices ou à en parler à votre pharmacien si vous êtes actuellement sous traitement
  • toute fatigue liée à une convalescence. Si vous sortez d’une grippe, ou si vous venez d’accoucher, on imagine que la cause de votre fatigue vous est déjà bien connue.

Auto-évaluer son état de fatigue

Vous pouvez ensuite utiliser l’échelle de fatigue de Pichot, pour auto-évaluer votre état de fatigue dans un premier temps. Il s’agit d’une échelle subjective, qui vous demande de noter la série d’affirmation suivante sur une échelle de 1 à 4 (1 = un peu, 2 = moyennement, 3 = beaucoup, 4 = extrêmement) :

  • je manque d’énergie
  • tout me demande un effort
  • je me sens faible à certains endroits du corps
  • j’ai les bras ou les jambes lourdes
  • je me sens fatigué sans raison
  • j’ai envie de m’allonger pour me reposer
  • j’ai du mal à me concentrer
  • je me sens fatigué, lourd, raide.

Additionnez les notes : si votre score est supérieur à 22, vous semblez effectivement souffrir d’une fatigue excessive, dont il vous faudra parler avec votre médecin.

Cause n°1 : la fatigue réactionnelle. Quand votre mode de vie vous épuise

Parmi les premières causes de fatigue se trouve la fatigue réactionnelle. Elle survient quand vos habitudes de vie sont perturbées, en cas de mauvaise hygiène de vie ou si vous troublez votre chronobiologie par des horaires de travail en décalé ou à cause de troubles du sommeil.

Cette fatigue n’est pas forcément simple à repérer, parce qu’elle peut résulter d’une accumulation de beaucoup de facteurs : un sommeil perturbé, non réparateur, des horaires décalés, une alimentation déséquilibrée, un stress professionnel, des problèmes personnels qui vous vident de votre énergie, etc.
En bref, vous frôlez le surmenage. La fatigue est alors à la fois un symptôme de votre état et un facteur aggravant pour votre santé puisqu’elle risque de continuer à s’accumuler si vous ne faites rien.

La solution : changer de mode de vie

On le sait bien, c’est bien plus facile à dire qu’à faire. Mais si vous êtes dans un état de fatigue engendré principalement par vos habitudes de vie, le meilleur des traitements, en première intention, sera d’en changer.

  • D’abord, prenez soin de vous : accordez-vous des pauses, des moments de détente dans la journée. C’est important, sachez souffler, surtout si vous êtes malmené par le stress ;
  • Essayez de remettre un peu d’activité physique dans votre journée. Marcher 30 minutes au quotidien, ce sera déjà bien ;
  • Mangez mieux. Des repas plus équilibrés, plus légers le soir, en évitant de grignoter. On sait que le plus difficile, c’est de s’y mettre.
  • Allez-y progressivement et pensez que ça vous fait du bien. Et au travail, on ne saute plus la pause déjeuner ;
  • Méfiez-vous des effets néfastes de l’alcool, du tabac et des boissons caféinées sur la qualité de votre sommeil ;
  • Assurez-vous de tout faire pour préserver la qualité de votre sommeil la nuit. Mettez toutes les chances de votre côté en vérifiant la qualité de votre literie, la température de la pièce, limitez les écrans au moment du coucher, couchez-vous à des horaires réguliers (et si possible raisonnable), etc. On vous a résumé les meilleures stratégies pour passer une bonne nuit dans notre article “aide au sommeil : quelques gestes de premiers secours!

Cause n°2 : la fatigue psychique, quand le burn-out et la dépression guette

Une autre cause très fréquente de fatigue chronique relève de ce que les professionnels de santé nomment l’asthénie psychique.

C’est une fatigue avant tout moral : vous vous sentez usé, lessivé. On repère cette asthénie psychique par la façon dont la fatigue se manifeste : lassitude dès le réveil, irritabilité, difficulté à se concentrer, découragement, perte d’élan vital… Un récent article du magazine Psychologies l’évoque en termes d’usure mentale, et souligne d’ailleurs à quel point le phénomène semble fréquent : burn-out et dépression nous minent dans un quotidien de course effrénée vers toujours plus de performance.

La solution : ralentir… et consulter son médecin

  • on va se répéter mais, d’abord, prenez soin de vous. Il est fondamental, si vous souffrez de fatigue psychique, de prendre du temps pour soi, de ralentir le rythme, voire de décrocher un moment de votre quotidien, même juste le temps d’un week-end, pour prendre un peu de recul et prendre conscience de votre état.
  • ensuite, il est impératif de consulter votre médecin traitant, qui pourra vous aider à déterminer si vous êtes simplement dans un passage à vide, ou si vous souffrez d’une dépression, de troubles anxieux, d’un burn-out…

En fonction de son diagnostic, votre médecin peut vous proposer un traitement médicamenteux, généralement de long terme, et il peut vous orienter vers un psychologue ou un psychiatre, qui mettra en oeuvre avec vous un soutien psychologique, et pourquoi pas une thérapie.

Cause n°3 : quand la fatigue cache une pathologie

Enfin, l’asthénie peut être provoquée par certaines maladies. Il faut, là encore, être attentif à la façon dont la fatigue se manifeste : si elle croît au fil de la journée, par exemple, si elle s’accompagne de douleurs, de fièvre, de variation de votre poids, etc., on peut en déduire une cause plutôt physique que psychique.

Parmi les pathologies qui engendrent de la fatigue, on peut noter :

  • une anémie, à savoir une carence en fer, qu’on peut détecter par simple analyse sanguine ;
  • des maladies infectieuses ou virale, telle que la grippe, la mononucléose, etc. ;
  • des maladies endocriniennes comme l’hypothyroïdie, le diabète de type 2 ;
  • des affections neurologiques (maladie de Parkinson, sclérose en plaques…) ;
  • des affections chroniques, comme la fibromyalgie, le syndrome des jambes sans repos, l’apnée du sommeil ;
  • un cancer ;
  • etc.

Il existe également une affection nommée Syndrome de fatigue chronique ou SFC, qu’on appelle aussi Encéphalomyélite Myalgique. Ce syndrome à l’origine multifactoriel se caractérise notamment par une fatigue intense qui survient brusquement, et qui dure au moins six mois. Les autres symptômes sont notamment un sommeil non réparateur, une sensation de malaise voire d’épuisement après tout effort physique, des douleurs physiques et une baisse des performances cognitives (troubles de mémoire ou de la concentration).

La solution : en parler à son médecin

Une fois toutes les autres possibilités éliminées et votre mode de vie rééquilibré, si une forte fatigue physique sans cause apparente persiste, vous devez consultez votre médecin. Il vous posera beaucoup de questions sur vos habitudes et la qualité de votre sommeil et il pourra vous prescrire un bilan sanguin pour vérifier si vous êtes anémié, si vous souffrez d’une maladie infectieuse ou d’un déséquilibre dans le fonctionnement de votre organisme.

On vous déconseille, dans tous les cas, l’automédication, même si de nombreux “stimulants” et autres vitamines sont en vente libre en pharmacie : ils ne sont efficaces que si vous êtes réellement carencés en magnésium ou en vitamine.

En résumé, la meilleure chose à faire : prendre soin de vous, améliorer votre hygiène de vie, veillez sur la qualité de votre sommeil et de votre activité physique quotidienne et consulter un professionnel de santé qui saura vous donner les bons conseils, adapté à votre cas.

Vous en voulez plus ?

Retrouvez nos articles pour tout comprendre sur le sommeil !